En poursuivant la navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies [ou traceurs] destinés à mesurer son audience.

Le RSA progresse en Aquitaine, mais baisse en agriculture

Mis à jour le 13/12/2016

L'Insee, les Caisses d'allocations familiales (CAF) et les caisses de la Mutualité sociale agricole (MSA) d'Aquitaine ont réalisé une étude décrivant la territorialisation de la pauvreté en Aquitaine. Cette pauvreté est analysée au travers des bénéficiaires du revenu de solidarité active (RSA) au 31 décembre 2013.

Au-delà des chiffres, cette étude menée conjointement par l'INSEE, la MSA et la CAF, permet de voir comment évoluent la précarité et la pauvreté en Aquitaine et en Gironde. Madeleine Talavera, Directeur de la MSA Gironde et de l'ARAMSA, était présente à la Conférence de presse organisée par l'INSEE le 24 novembre dernier.
 

Un recul du RSA en agriculture

Si les chiffres montrent un accroissement de 14 % des allocataires du RSA en Aquitaine (101 700 personnes en 2013, contre 89 400 en 2010) toutes catégories confondues, prouvant une paupérisation de la population, la tendance est opposée dans le monde de l'agriculture. En effet, en 2013, 2 700 ressortissants MSA étaient couverts par le RSA en Aquitaine, soit 24 % de moins qu'en 2010. Cela ne veut pas dire que le monde agricole est moins pauvre. Simplement qu'une partie des salariés agricoles touchant le RSA est passée au régime général et est désormais couverte par la CAF.
 

1/3 de chefs d'exploitation

La particularité du RSA en MSA, c'est qu'il concerne aussi les non salariés. 1 bénéficiaire sur 3 est un chef d'exploitation. Une exploitation ce n'est pas comme un magasin qui serait déficitaire et qu'on fermerait. C'est un lieu de vie, un héritage, une histoire de famille. Lorsque les revenus de l'activité ne sont pas suffisants, on peut toucher le RSA et c'est ce qui explique qu'il y ait plus de RSA activité en agriculture.
 
Documents à télécharger : 
Découvrez l'étude compléte (pdf)